Blog Dahu Production

Petite histoire de notre Club Alpin

Journal des DahusCet article est tiré du Journal des Dahus numéro 2 - 2013. Ce journal annuel du Club Alpin Français La Roche-Bonneville présente les activités du club.
Le journal est téléchargeable en PDF ici...
Suivez le club sur Facebook: facebook.com/CafLaRocheBonneville


Club Alpin Français - Congrès de Luchon - 10 Septembre 1893

Au dix-neuvième siècle les Britanniques qui venaient ascensionner dans les Alpes étaient membres de l’Alpine club. Ils y trouvaient tout ce dont ils avaient besoin pour organiser leur voyage : adresses, descriptions des sites, conseils pour le choix du matériel, etc.

Les alpinistes français (mais aussi Italiens, Suisses, etc.) ont également vu la nécessité de se regrouper. Quelques passionnés se sont réunis à Aix les Bains en 1870 et ont jeté les bases d’une société similaire. Interrompu par la guerre contre la Prusse, ce projet est repris en 1872, et aboutit à la création du club alpin Français le 2 avril 1874. Un président est nommé : Henri de Billy. Sa présidence durera 2 jours : il meurt dans un accident de chemin de fer le 4 avril. Le 6 avril, Ernest Cézanne, ingénieur, alpiniste de renom et député des Hautes Alpes est porté à la présidence. Il décède 2 ans plus tard. Le troisième président Adolphe Joanne démissionnera pour raison de santé au bout de 3 ans, et mourra peu après. Xavier Blanc, également alpiniste et député des Hautes Alpes sera le 4ème président.

Les statuts prévoient qu’il y a un seul club, avec des sections dans tous les départements, y compris les colonies. La devise « Pour la patrie par la montagne » correspond à la mentalité de l’époque : la France sort d’une cruelle défaite, il faut préparer la revanche, et comment y parvenir sinon en formant des jeunes, leur donnant le goût de l’effort le désir de réussite. Quatre objectifs sont définis : 1° les ascensions, quelles qu’elles soient : les collines du Berry ou des Corbières ont autant d’importance que les plus prestigieux sommets alpins. 2° amener les jeunes à la découverte de la montagne, 3° la science : géologie, hydrologie, flore, faune. Les ascensionnistes sont invités à prélever des échantillons de roches et des plantes pour analyse. 4° la culture : l’architecture, la littérature ne sont pas oubliées et nombreux sont les membres du Caf qui traduisent leurs émotions sur la toile.

Le nombre d’adhérents croît rapidement : de 833 en avril 1875, il passe à 1733 un an plus tard. Dans le même temps le nombre de sections est passé de 8 à 20.
Ernest Cézanne écrit lors de la création des premières sections : «N’imitez pas les statuts sévères de l’Alpine Club anglais… Ouvrez la porte toute grande : militaires et savants, jeunes et vieux, même les femmes*, tous ceux qui aiment la France et la montagne… et sans couleur politique ».

En réalité le club restera réservé à une élite pendant plus de soixante ans. Seuls les rentiers, membres des professions libérales et autres couches supérieures de la société ont accès aux loisirs ; la cotisation, 10  francs-or, est dissuasive aux revenus modestes, et l’obligation d’avoir 2 parrains garants de l’esprit montagnard du candidat, maintiendra le recrutement dans un cercle restreint. Pour les ouvriers et travailleurs de toutes branches d’activité les horaires de travail sont de 60, voire 72  heures par semaine, les congés payés n’existent pas. La révolution, c’est 1936 : les congés payés permettent enfin à la majorité des Français d’avoir accès aux loisirs, ouvrant l’accès à la montagne, comme à la mer et aux voyages.

Gabriel Motte

* Pour l’époque, c’était d’avant-garde.

Terre de Montagne Ville-la-Grand

Mots-clés: design, journal, dahus, caf la roche, club alpin français, histoire

 

 Aimez-vous ce site ?


Documentaires à découvrir !

La Clef des Terroirs

Entre passion et poésie, ce film documentaire retrace la vie de vignerons ayant choisi de travailler au plus proche de la nature.

La Clef des Terroirs - Film documentaire

Insecticide Mon Amour

Une enquête de plus de 2 ans autour du problème des traitements obligatoires aux insecticides contre la flavescence dorée dans le vignoble bourguignon.

Insecticide Mon Amour - Film documentaire

Retrouvez MOI sur les réseaux sociaux

Le realisateur de documentaire Guillaume Bodin au domaine de la soufrandiere à Vinzelles Guillaume Bodin

Je voulais devenir vigneron en biodynamie mais les traitements chimiques ont tout remis en question. Je me suis reconverti dans le documentaire.

Suivez-moi sur FACEBOOK - TWITTER

0
Partages
0
Partages